Ce mois ci nous lançons notre nouvelle rubrique qui s’intitule « l’organisme du mois » et qui présentera animaux ou plantes, micro ou macroscopiques, tout organisme qui existerait à Tetiaroa ou dans un environnement similaire. Cette section permettra d’exposer la biodiversité des environnements insulaires et plus particulièrement celle de Tetiaroa.

 

 

En sujet d’introduction, nous avons choisi la Frégate, « Otaha » en tahitien. Cet oiseau emblématique a une grande importance symbolique dans la culture polynésienne si bien qu’il apparait dans le logo de Tetiaroa Society.

Ne ratez pas l'occasion de découvrir leurs aptitudes et la chance de les observer en vol au dessus de notre merveilleux atoll.

 

 

 

 

 

Cette « frégate de guerre », est la manifestation d’un Dieu polynésien très puissant appelé « Oro » le Dieu de la Guerre et de la Fertilité, en effet ce prédateur féroce peut se montrer très opportuniste et voler la proie d’autres oiseaux, vous devriez les voir fendre sur les Fous à pieds rouges, les pourchassant jusqu’à ce qu’ils lâchent leur poisson ou même qu’ils le régurgitent.

 

 

 

  

Frigate on Tetiaroa
juvenile lesser frigates

 

À Tetiaroa deux espèces de Frégates sont présentes (sur cinq dans le monde): la Frégate du Pacifique et la Frégate Ariel. La plus connue est la première qui est plus impressionnante en terme de taille, en effet la femelle Frégate du Pacifique peut atteindre les deux mètres trois d’envergure. On la distingue du mâle grâce à son col blanc qui s’étend jusqu’au ventre et de plus près on observe que son oeil est cerclé de rouge. Le mâle est complètement noir avec des irisations vertes sur les plumes du dos et est doté d’une poche rouge sous la gorge qu’il gonfle lors des parades.

 

 

 

 

 

La Frégate présente un ratio envergure-poids très important, elle est absolument taillée pour planer ( i.e. le poids total de son squelette ne représente que 5% de sa masse corporelle; son plumage et ses muscles représente la moitié de son poids.) Elle économise beaucoup d’énergie en planant et peut rester en vol pendant douze jours consécutifs. Si un jour il vous arrive de la chercher dans le ciel, repérer un oiseau avec une silhouette en forme de « W » avec des ailes très élancées et pointues. Vous ne la verrez jamais se poser sur l’eau ni plonger car, contrairement à la plupart des oiseaux marins, cet oiseau ne produit qu’une petite quantité de ce mélange huileux (qui permet l’entretien et d’imperméabilité du plumage) qui le rend vulnérable dans l’eau. Effectivement il ne serait pas capable de reprendre son envol de la surface de l’eau.

frégate en vol
frégate a la peche

 

Ainsi les Frégates attrapent, à l’aide de leur bec crochue, de petits poissons à la surface de l’eau, tels que des poissons-volants ou des calamars. En Polynésie Française, on pense qu’elles chassent dans un rayon de moins de cents kilomètres, il semblerait qu’il ne leur est pas nécessaire d’aller au-delà de ce périmètre pour être rassasiées. Elles profitent de ces grandes chasses de bancs de petits poissons qui se regroupent, pourchassés par de plus gros prédateurs comme les thons, les dauphins et les espadons. Les pêcheurs guettent donc les Frégates pour participer également au festin.  Cependant elles ont un moyen un peu moins glorieux d’obtenir un supplément de nourriture, celui du vol et du harcèlement d’autres oiseaux.

 

 

La colonie niche essentiellement dans la partie Nord de l’atoll, où les conditions sont optimales pour établir un groupe reproducteur. En effet, les Frégates préfèrent les grands arbustes de Pemphis, « Miki Miki » en tahitien, pour nicher ou se reposer. De plus les motus du Nord sont très proches de la barrière récifal ce qui convient à leur mode de chasse fondamentalement pélagique. Cette espèce semble se reproduire tous les deux ans due au fait d’une longue période de nourrissage du poussin. Les parents incubent, tour à tour, leur seul oeuf pendant  quarante-et-un à cinquante-cinq jours, et nourrissent l’oisillon pendant neufs mois en moyenne.

 

une famille des frégates