sharks are protected

Depuis 2012, l’ensemble de la zone économique exclusive de la Polynésie française est classée comme sanctuaire de requins. A ce titre, aucune espèce n’a le droit d’y être pêchée si elle se trouve à l’intérieur de la ZEE. Une vingtaine d’espèces de requins y règnent désormais en paix. Parmi eux nous trouvons le requin citron. Celui-ci est largement répandu dans les eaux polynésiennes, on le retrouve dans tous les archipels et visible aussi bien à l’extérieur des lagons qu’à l’intérieur ou dans les passes.

Le requin citron (Negaprion acutidens) tient son nom de la couleur jaunâtre de son corps, lui permettant de se confondre avec les fonds sableux. On le reconnaît facilement grâce à ses deux ailerons dorsaux, de taille quasi identique.

lemon shark

Essentiellement piscivore, il se nourrit de poissons benthiques mais si l’occasion se présente, il n’hésitera pas à s’attaquer aux raies voire même à ses propres congénères. Le requin citron peut vivre jusqu’à 30 ans mais il n’atteint la maturité sexuelle qu’assez tardivement, aux alentours de 15 ans, lorsque sa taille dépasse les 2 mètres. Il s’agit d’une espèce vivipare, c’est à dire que ses petits se développent dans l’utérus de la mère, recevant les éléments nécessaires à leur croissance grâce à un cordon ombilical, comme les mammifères. La gestation dure en moyenne 10 mois, et la femelle peut donner naissance de 1 à 15 petits, mesurant chacun une cinquantaine de centimètres. A la différence des mammifères, il n’y a chez les requins aucun soin parental. A peine nés, ces derniers sont déjà autonomes. La reproduction chez cette espèce n’a lieu que tous les 2 ans, ce qui, ajouté à sa maturité sexuelle tardive, font que la population de requin citron n’augmente que très lentement.

    Pour assurer la survie de ses petits, la femelle mettra bas à l’intérieur des lagons, au niveau de zones calmes et peu profondes, à l’écart des prédateurs et où la nourriture ne manquera pas. Ces lieux deviennent alors de véritables nurseries naturelles. Les jeunes requins citrons évolueront dans les lagons environs deux ans avant de rejoindre l’océan.

Sicklefin lemon shark

A Tetiaroa nous avons la chance de posséder un grand nombre de nurseries à requins. Le lagon étant peu profond, seuls les jeunes individus y séjournent, les adultes resteront à l’extérieur. La faible pression touristique et l’absence de nourrissage, font de l’atoll de Tetiaroa un excellent site pour observer et ainsi mieux connaître le comportement naturel de ces requins.

Sources

  • Guide des poissons de Tahiti et ses îles, Philippe Bacchet
  • Fishes of the Indian ocean and Red sea, Marc Taquet & Alain Diringer
  • Requins de Tahiti et ses îles, Bernard Begliomini
  • The breeding biology of lemon sharks at a tropical nursery lagoon, K. A. Feldheim & al, The Royal Society, July 2002
  • Preliminary investigation of the Ecology of Reef sharks in their nursery areas, University of Florida, University of Washington & CRIOBE
  • FishBase
  • FFESSM
  • Observatoire des requins de Polynésie française : Requins de Polynésie