La tortue verte, Chelonia midas, ou Honu en tahitien, est l'un des animaux les plus fascinants dans l'océan, et Tetiaroa joue un rôle clé de conservation pour la population locale.

green turtle hatchling

Les tortues vertes sont de loin les espèces de tortues les plus répandues en Polynésie Français. Leur nom vient de la couleur d'une couche grasse sous la coquille qui est teintée de vert en raison de l'alimentation herbivore de l'adulte d'herbes marines et d'algues. L'espèce se trouve tout au long des océans tropicaux, et elle est connue pour parcourir une longue distance entre les sites d'alimentation et de nidification.

Les tortues pondant sur Tetiaroa ont été suivies à travers le Pacifique jusqu'à Fidji, mais même sur ces longues migrations, les tortues, mâles et femelles, reviennent toujours sur l'île où ils sont nés.

les traces du passage de tortue verte

Le cycle de vie des tortues de mer vertes sur Tetiaroa commence la nuit, quand les jeunes éclosent dans un nid creusé profondément dans la plage sablonneuse de l'un des motu. Les jeunes tortues luttent à la surface et, éventuellement guidés par la lumière de la lune sur l'eau, descendent la plage jusqu'au bord de l'eau.

Ils passent instantanément de la lutte commando à la brasse qui va les mener sur le récif puis dans l'océan. Les jeunes tortues sont omnivores au cours de leurs années sur l'océan, et sont également mangés par une grande variété de prédateurs. On estime que 1 tortue sur 100 atteint 1 an et 1 sur 1000 atteint la maturité sexuelle. Ils n'atteignent pas la maturité sexuelle avant d'avoir 20-25 ans et commencent à faire des visites annuelles aux îles pour s'accoupler et pondre.

Video credit: Rodolphe Holler

Cette tortue bébé énergique et en bonne santé tente de sortir du lagon. Il doit franchir la barrière de corail aussi vite que possible pour échapper à ses prédateurs dans le lagon, puis nager loin de l'île. Il ne cessera de nager pendant 2 semaines, après quoi il commencera une vie très mystérieuse dans le grand océan… Les tortues ne sont généralement plus vues autour de nos îles avant que leurs coquilles mesurent environ 40 cm de long.

En tant qu'adultes, ils deviennent presque entièrement herbivores et leur alimentation repose ensuite sur les algues et les herbes trouvées dans les eaux peu profondes. C'est à ce moment qu'ils commencent de longues migrations entre les aires d'alimentation et de reproduction qui peuvent s'étaller sur plus de 3 000 km.

Les tortues vertes mangent l'herbe de mer
 tortue verte pondant

Sur les sites de reproduction, comme Tetiaroa, les mâles nagent au large à la recherche de femelles pour s'accoupler. Les femelles se déplacent des sites d'accouplement au large vers les plages de l'île pour pondre des œufs. Une femelle peut s'accoupler et pondre des oeufs jusqu'à 10 fois en une saison, en intervalles de 15 jours, chaque fois produisant 60-110 oeufs.

Les tortues vertes peuvent vivre jusqu'à 100 ans et pondre plus de 30 000 œufs.

Dans les temps pré-européens, le peuple polynésien considérait la honu comme sacrée, un animal de l'océan peut venir sur terre pour nicher, reliant ainsi les deux mondes de cette culture insulaire. Les tortues étaient connues pour leur pouvoir, leur ténacité, leur courage et leur longue vie, et elles étaient fréquemment revendiquées comme totems par les familles polynésiennes. 

Au XXe siècle, les populations de tortues vertes de la Polynésie Française et du monde entier chutaient en raison de l'exploitation humaine et de la destruction des sites de nidification. Depuis les années 1970, les lois locales et internationales ont commencé à restreindre les pêcheries de tortues et à entamer une longue période de rétablissement. Les études à long terme effectuées à Hawaï ont montré un remarquable repeuplement des stocks de tortues. De même, les travaux de surveillance de Tetiaroa par Te Mana o te Moana, association à but non lucratif locale a enregistré une augmentation substantielle de la nidification au cours des 11 dernières années, avec un nombre record de nids en 2018.

honu au soleil
bébé tortue dans la lagon

Cependant, même si le nombre de tortues vertes pêchées chaque année diminue et que les populations augmentent, l'habitat disponible pour la nidification reste un problème important. La croissance démographique et le développement des rives transforment les plages de nidification en endroits où les tortues ne peuvent nicher à leur guise ni accéder physiquement. Dans les îles du vent de la Société, Tetiaroa est la seule île qui fournit un site de nidification non perturbé pour les tortues. Il devient non seulement un sanctuaire critique pour les tortues, mais aussi un site important pour étudier ces animaux fascinants.

La saison de reproduction sur Tetiaroa est habituellement d'octobre à mars et les chercheurs de te Mana o te Moana sont présents tout au long de cette période pour étudier les tortues. L'équipe parcourt les plages du Motu tous les soirs, en surveillant les femelles à identifier, en faisant la cartographie des nids et la surveillance de la réussite de l'éclosion.

baby green turtles leaving the nest

Ce travail inestimable est soutenu par le département de l'environnement de la Polynésie Française, le Brando Resort, Tetiaroa Society, vilebrequin, Hinerava, IFDB-Institut pour le développement des affaires, Van Oord, Fondation Prince Albert 2, Mireille et Richard Bailey, et Carl Swan.

TS rangers 'tagging' une tortue verte
C'est sa plage aussi

Lorsque le Brando Resort a été construit les plages qui l'entourent ont été laissés intactes, alors maintenant les tortues vertes pondent tout autour de l'hôtel. Pendant la saison de reproduction, les clients du Brando Resort ont souvent la chance d'accompagner les guides de la Tetiaroa Society pour voir des tortues femelles creuser des nids et pondre des œufs, ou des jeunes tortues se précipiter à l'eau en descendant la plage. Voir ces animaux étonnants dans leur habitat naturel est une expérience inoubliable. C'est pourquoi la protection des tortues vertes sur Tetiaroa est une part importante des programmes de conservation de Tetiaroa Society.

L'histoire de Viteline, une tortue chanceuse

Viteline a éclos sur le motu Onetahi à Tetiaroa en septembre 2017. À l’éclosion, elle était sans énergie, son plastron n’était pas encore refermé laissant apparaitre son sac vitellin avec des signes d’infection.

Elle a été rapatriée par les équipes de te mana o te moana au centre de soins des tortues de Moorea et a été prise en charge par le vétérinaire. Au fur et à mesure qu’elle grandit, sa carapace montre aussi des signes de déformation sans doute apr soudure anormale de certaines vertèbres. Cette déformation pour l’instant ne lui permet pas d’avoir une bonne aisance dans ses déplacements.

Viteline a plus de 18 mois maintenant, et elle est toujours présente au centre de soins des tortues. Le but ultime de ce centre est de soigner les tortues pour pouvoir les relâcher dans le grand bleu dès que leur état le permet. Mais cette étape est encore loin pour Vitelline, il faudra attendre qu’elle soit agile dans ses déplacements, qu’elle plonge, qu’elle montre une courbe de croissance correcte et s’alimente parfaitement.

 

baby Viteline