les couleurs de l'ocean pacifique

Cet oiseau hiverne sur Tetiaroa et est le plus souvent entendu plutôt que vu.

Connu comme annonciateur de pluie, Urodynamis taitensis indique également la menace d’un danger. Cet oiseau est difficile à observer mais ne manquera néanmoins de vous signaler sa présence en émettant un sifflement long et strident. En effet, à Tetiaroa, il est plus audible que visible. Sur le motu Onetahi, où est situé l’hotel The Brando, il est souvent repéré dans le village du staff hotelier. Il suscite chez de nombreuses personnes parmi le personnel, l’impression d’être privilégié.

Lorsque l'hiver austral s'approche de l'atoll, nous commençons à espérer un aperçu du coucou à longue queue.  Autant que la frégate et les oiseaux en général, le ‘Arevareva a sa place dans l’univers du sacré et, pour ce fait, a une grande importance chez les Polynésiens. Malgré le fait qu’il soit considéré comme un oiseau de mauvais augure, il serait, pour sa défense,  à l’initiative de la découverte de la Nouvelle Zélande par les migrateurs polynésiens.

Adult long-tailed cuckoo calling while in flight

Coucou à longue queue adulte appelant en vol - image © Adam Clarke

whitehead feeding juvenile long-tailed cuckoo

image © Adam Clarke - Coucou à longue queue juvénile nourri par un parent nourricier à tête blanche.

Nous avons le plaisir de l’entendre et l’apercevoir en Polynésie, où il hiverne, à partir du mois d’avril jusqu’au mois de septembre. Nos îles lui offrent toute la ressource nécessaire: petits vertébrés, insectes, lézards,etc. Son habitat d’origine et de reproduction est, comme son nom l’indique, les forêts indigènes de la Nouvelle Zélande, particulièrement les forêts où nichent les espèces hôtes (Mohouidae) qu’il parasite et à qui il confie son petit.

Ce coucou arbore une morphologie et un plumage très distincts des autres oiseaux qui fréquentent l’atoll. Il mesure 40 centimètres. Il a une tête de rapace, muni d’un bec jaune, court, fort et légèrement crochu. Contrairement à ses compères migrateurs tels que le pluvier fauve ou encore le Courlis d’Alaska, il a les pattes courtes, et grisâtres. Il est facilement reconnaissable grâce à ses longues rectrices striées qu’il présente fièrement lors des parades nuptiales.

distinctive plumage of long-tailed cuckoo

image: Phil Bendle

cuckoo

Image prise par un patient ornithologue amateur sur Onetahi

CONSEIL D’OBSERVATION:

Si un jour vous cherchez à repérer le ‘Arevareva dans son milieu naturel, tendez attentivement l’oreille.

Lorsque vous avez identifié son cri, établissez un contact avec l’oiseau en imitant son cri. Il se peut qu’il réponde et même qu’il s’approche. Si vous êtes assez chanceux, plutôt malchanceux ; ) vous pourriez l’apercevoir.