les couleurs de l'ocean pacifique

L’organisme de ce mois-ci, le courlis d'Alaska (Numenius tahitiensis) est un oiseau de rivage unique qui se distingue par certains comportements surprenants.

Cet oiseau n'a pas de plumes sur ses cuisses, il a un long bec incurvé et un plumage caramel qui se marie parfaitement avec la toundra où il se reproduit dans deux régions près du fleuve Yukon dans l’ouest de l’Alaska. La population de cette espèce d'oiseaux rares est actuellement estimée à 10 000 individus avec seulement 3 500 couples reproducteurs.

curlew blends in with the tundra Lars Petersson

Ces oiseaux se fondent parfaitement dans les couleurs de la toundra de l’Alaska.

Photo: Lars Petersson

Le courlis d'Alaska est le seul oiseau de rivage qui hiverne exclusivement sur les îles et les atolls d’Océanie (on pourrait argumenter que cela fait aussi d’eux les oiseaux de rivage les plus intelligents avec le meilleur goût dans le choix de leur destination d’hivernage).

Ces oiseaux sont également les seuls oiseaux de rivage qui ont adapté l’utilisation d’outils dans leurs comportements de recherche de nourriture. Les courlis d'Alaska sont connus pour briser les œufs d’albatros en les martelant avec des roches pointues et aussi pour utiliser une méthode de "linchage" de crabes en les frappant contre les rochers afin de briser leurs carapaces solides.

Le courlis d'Alaska est aussi le seul oiseau à perdre sa capacité de vol durant sa mue. Ces oiseaux ont une mue très rapide de base, laissant environ la moitié de la population incapable de voler pendant le processus. Ce n’est devenu préjudiciable que récemment car ils manquaient auparavant de prédateurs terrestres tels que les rats (et la mangouste dans les îles Hawai’i). Les courlis d'Alaska qui hivernent sur Tetiaroa bénéficieront grandement de l’éradication prochaine des rats.

bristle-thighed curlew

Photo : Brad Argue

Parmi tous les traits uniques que possède le courlis d'Alaska, avoir l’un des plus longs vols migratoire sans escale de tous les oiseaux connus est le plus remarquable.

Avec une distance de voyage de 4 000 à 6 000 km entre leurs habitats de reproduction et d’hivernage, le courlis d'Alaska adulte parcoure jusqu’à 12 000 km par an. Faisant l’aller-retour entre deux aires de reproduction et de transit spécifiques dans l’ouest de l’Alaska, et les îles tropicales et subtropicales et les atolls à travers l’Océanie, ces oiseaux ont quelques stratégies qui sont aussi surprenantes qu’elles sont efficaces.

Bristle-thighed curlew chick

Oisillon de courlis d'Alaska

Entre les mois de mai et d’août, les courlis d'Alaska adultes se reproduisent en Alaska, alternant à tour de rôle la garde des œufs tâchetés de couleur olive dans les nids et la recherche de nourriture. Lorsque les oisillons éclosent après environ 25 jours, ils sont laissés en premier lieu avec les mâles tandis que les femelles commencent à se préparer pour le long vol de retour vers les tropiques.

 

bristle-thighed curlew eggs

Le Courlis d'Alaska pond ses œufs sur le sol.

Comme les jours commencent à se raccourcir, les mâles et les femelles commencent leur recherche extrême de nourriture et d’engraissement et les jeunes sont laissés en groupes avec quelques adultes qui veillent à tour de rôle sur eux. Cet élevage communautaire est crucial parce que la fenêtre temporelle habitable en Alaska est pcourte. Afin de faire le long vol sans escale, ces oiseaux gagnent jusqu’à 50% de leur masse corporelle en graisse, sensiblement plus que tout autre oiseau de rivage.

fattened-up curlew

Courlis d'Alaska engraissé prêt pour la longue migration vers les tropiques.

foraging curlews

Photo: By Forest & Kim Starr, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6161901

Les courlis d'Alaska migrent en petits groupes, avec une moyenne de 14 individus par nuée d'oiseaux. Ils commencent presque exclusivement leur migration au crépuscule en l’absence de vents contraires. Ils sont bien connus pour leur aptitude à partager des vols avec d’autres oiseaux, notamment le pluvier fauve. Les coulis d'Alaska ont été observés à suivre de grands groupes de pluviers migrateurs afin d’attraper un vent arrière favorable. Les pluviers ne semblent pas dérangés par ces grands oiseaux qui ont des compétences de navigation exceptionnelles.

Il est très probable que les voyageurs polynésiens ont d’abord regardé vers le nord de Tahiti et les Marquises parce qu’ils ont regardé les allées et venues du Pluvier fauve et courlis d'Alaska. Un voyage pendant la saison de migration aurait été dirigé vers le nord par ces oiseaux vers les îles de ce qui est maintenant la République de Kiribati, puis vers les îles hawaïennes.

Vous pouvez voir les courlis d'Alaska sur Tetiaroa de Septembre à Mai, marcher sur les plages et parfois sur la crête du récif à la recherche de crabes et autres invertébrés.

Lorsqu’ils sont surpris, leur cri est un cri perçant similaire à un miaulement de chat et si vous pouvez les imiter, ils viendront à votre rencontre.

 

 

Bristle-thighed curlew saying hello

Photo: Rory Stansbury