les germes poussent dans le compost

qu'est-ce que le compost?

tas de compost

Des visites du jardin bio et du complèxe des eaux usées introduisent le sujet. Durant une visite du jardin bio sur Motu One, les étudiants verront comment l'on fabrique le composte, comment on l'utilise et comment celui ci bénéficie aux plantes. Ils observerront différentes mélanges de déchets végétaux : durée de décoposition, chaleur produite et les microbes et vers qui aides dans le processus. Les étudiants verront comment les jardiniers adaptent ces techniques sur un atoll.

Activité

Un regard attentif sur le compost

Les étudiants participeront à des activités de compostage telles que :

  • mélanger et tourner un tas de composte

  • voir différents stades de compostage et le compostage de différents types de matières

  • collecter des échantillons de différents endroits dans un tas de composte et de différents tas de composte

  • Prendre la température dans un tas de composte

  • voir et sentir la chaudière de déchets ce qui y entre et ce qui en sort

  • voir le broyeur en action,

  • Rechercher des vers de terre, cloporte, et autres,

  • apprendre comment les jardiniers balancent le composte pour que les plantes soient heureuses

  • poser des questions aux jardiniers.

Matériel : Loupes, bêche (cuillère à soupe?), petit contenant pour les échantillons, du tape et des markers pour libeller les échantillons, appareil photo (pour les insectes volants), un thermomètre scotché dans un long tube PVC.

 

Investigation

Observer les invertébrés du composte 

En utilisant des loupes et un microscope, les étudiants observeront des échantillons de composte qu'ils auront récolté durant leur visite dujardin bio. Ils utiliseront aussi leur odorat. Ils peuvent dessiner ou tenter d'identifier une partie d'une plante, d'un invertébré, ou d'un microorganisme.  


Contexte:

Observer les invertébrés du composte 
source: http://compost.css.cornell.edu/monitor/macroinvertebrates.html de Elaina Olynciw

Une grande variété d'invertébrés jouent un rôle dans la décomposition de la matière organique dans les tas de composte. Essayez de faire un monitoring des invertébrés dans le composte à différents stades de décomposition. Quand pouvez-vous apercevoir les premiers invertébrés? Que leur arrive t-il quand le tas commence à se réchauffer ? Trouvez-vous d'autres types d'invertébrés quand celui-ci se refroidit ?

Il se peut que vous trouviez peu voir aucun invertébré au fil du processus. La décomposition est éffectuée en fin de processus par des microbes.

Materiel:
plateaux de couleur claire ou plats, pinces, cuillères ou abaisse-langue

Procédure:
Une méthode de collecte est de prendre des échantillons de composte de différents endroits dans un tqs de composte. Certains types d'organismes comme les cent-pieds et cloporte se trouvent plutot à la surface. D'autres se trouvent plutot en profondeur. Etaler chaque échantillon sur un grand plateau ou plat, de préférence de couleur claire pour plus de contraste. Les étudiants devront utiliser des abaisse-langue en bois, des cuillères en plastique ou autres instruments qui ne feront pas de mal aux organismes pour trier le composte. Les lampes torches et loupes peuvent être utilisés pour mieux les observer. Les organismes plus gros comme les vers, cent-pieds, mille-pattes, cloporte, pince-oreilles, araignées, fourmis, scarabées, escargots, limaces, certaines mites, etc. peuvent être observées à l'oeil nu. Si besoinn est, utiliser le microscope pour mieux voir les organismes.

Une autre méthode pour séparer les petits arthropodes du composte est d'utiliser un "appareil de Berlèse". Cette méthode permet d'observer un plus grand nombre d'invertébrés. Placer un entonnoir avec un diamètre de 10-30 cm sur un anneau. Attacher un cercle de grillage 10mm ou filet moustiquaire 8 cm sous l'entonnoir. Placer un flacon sous l'entonnoir pour collecter les specimens. Positionner un source lumineuse (25 watt) 2.0 - 2.5 cm au dessus de l'entonnoir ou placer l'appareil de collecte au soleil. La lumière et la chaleur repousse les organismes présents dans le composte à travers l'entonnoir puis dans le flacon. Une source lumineuse trop forte peut secher et tuer les organismes. Placer le composte dans l'entonnoir et mettre un peu d'eau dans le flacon si vous voulez observer les organismes vivants. Observer à nouveau les organismes 2 à 4 jours plus tard. Ceux-ci seront toujours vivants et continueront à flotter sur l'eau.

Il y a possibilite de mettre l'échantillon dans une boîte de Pétri pour observation sous microscope ou loupe. Vous trouverez de petits arthropodes, différentes mites, larves d'insectes, springtails, petits mille-pattes, fourmis, etc. Les organismes peuvent être extraits avec des pinceaux et maintenus dans des chambres en plâtre de Paris (avec du charbon pour une meilleure observation). Le substrat doit être humide pour gardes les arthropodes en vie. Ajoutter de la levure au substrat permet de donner de la nourriture pour de nombreuses espèces.

Les invertébrés dans le composte

Les tas de composte en exterrieur comme dans les jardins sont un endroit propice pour observer les invertébrés qui continuent le processus de décomposition. Bactéries, champignons et autres microbes forment un réseau trophique complèxe pour les consommateurs primaires, secondaires et tertiaires. La base de la pyramide est faite de matière organique telle que les plantes et restes d'animaux.
 

compost pyramid

Dans la pyramide, l'on peut voir de la matière organique comme des plantes qui sont mangées par des mille-pattes, cloportes, escargots et limaces. Ces invertébrés décomposent les plantes ce qui laisse la place aux champignons, bactéries et actinomycetes (un groupe entre les bactéries et les champignons) qui sont ensuite mangés par les mites et collemboles.

Différentes variétés de vers et nématodes mangent la végétation et les microbes produisent de la matière organique qui enrichit le composte. Leurs tunnels aèrent le composte et créent une plus grande surface d'action pour les microbes. La mort de certains décomposeurs ou leur excrétion devient de la nourriture pour d'autres décomposeurs. 

Les nématodes: ces vers cylindriques microscopiques sont les décomposeurs les plus nombreux. Une poignée de composte peut en contenir plusieurs millions. Une pomme en décomposition peut en contenir 90 000. Sous une loupe ils ressemblent à des cheveux. Certains se nourrissent de végétation, d'autres de bactéries, champignons, protozoe, autres nématodes ou sucent la sève de plantes ou racines.

Les mites : en deuxième position pour le plus grand nombre d'invertébrés dans le composte. Ils ont 8 pattes et des appendices joints. Certains peuvent être observés à l'oeil nu et d'autres au microscope. Certains sont transportés sur le dos d'autres invertébrés plus rapides comme des cloportes, mille-pattes et scarabés. Certains se nourrissent de feuilles, bois pourri et autres débris organiques, d'autres de champignons, d'autres encore se nourrissent de nématodes, œufs, larves, mites ou collemboles. Certains vivent en autonomies, d'autres sont des parasites. Une mite très commune a une apparence globulaire avec des poils sur le dos et une couleur rouge orangée.

Les collemboles sont très nombreux. Ce sont des insectes sans ailes peuvent se distinguer par leur capacité à sauter lorsqu'on les dérange. Ils se promènent dans le composte est ont une structure en ressort qui les catapulte dans l'air. Ils machent les plantes, graines et champignons. Ils mangent les nématodes et excréments d'arthropodes puis ne nettoient méticuleusement une fois leur repas terminé.

Les vers : décomposent les larges organismes. Ils font des tunnels et se nourrissent de plantes et d'insectes morts pendant la journée. Les tunnels aèrent le composte et amènent l'eau, les nutriments et l'oxygène. « Quand le sol ou la matière organique passe par l'appareil digestif du ver de terre, il est neutralisé par les sécrétions de carbonate de calcium des glandes calcifères près de son gosier. La matière est broyée avant la digestion. Les sécrétions intestinales sont riches en hormones, enzymes et substances qui fermentent qui continuent la décomposition. La matière entre dans le corps du ver et forme un plâtre de matière similaire à l'humus qui est riche et de bonne qualité. Ces plâtres sont plus riches en bactéries, matière organique, nitrogène, calcium, phosphore et potassium que le sol lui même » (Rodale).

Les limaces et escargots  se nourrissent de plantes vivantes et détritus. Ils seront donc présents dans le composte.

Les cent-pieds sont des prédateurs se déplaçant rapidement et se trouvent dans la partie supérrieure du composte. Ils ont des pinces derrière leur tête qui ont des glandes qui paralisent les petits vers rouges, larves d'insectes, vers, insectes et araignées.

Les mille-pattes sont plus lents et plus cylindriques que les cent-pieds. Ils ont deux paires d'appendices par segment. Ils se nourrissent de plantes en décomposition, de carcasses d'insectes et excréments.

Les cloportes ont un corps rond et sont des crustacés avec des branchies sur la surface inférieure de leur abdomen qui doivent rester humide. Ils se déplacent lentement et mangent les végétaux en décomposition.

Les scarabés se nourrisent de spores de champignon, d'insectes, limaces, escargots ou autres animaux.

Les fourmis se nourrissent d'aphides, de champignons, de graines, d'autres insectes et fourmis. Elles trouvent leur nourriture dans le composte qui devient aussi un abri pour leur nid. Les fourmis sont bénéfiques pour le composte car elles déplacent les minéraux comme le phosphore et le potassium en amenant des champignons et autres organismes dans leur nid.

Les mouches : pendant les premiers stades de décomposition du composte, les mouches servent de transport aérien pour les bactéries. Les larves de mouche ne survivent pas aux températures thermophiliques. Les adultes mangent la végétation organique.

Les araignées se nourrissent d'insectes et autres invertébrés. 

Les pseudo-scorpions sont des prédateurs qui attrapent leur victime avec leur pince supérieure puis injectent un poison provenant de glandes au bout de leur pince. Leur proies sont des nématodes, mites, larves et vers de terre.

Les pince-oreilles sont de gros prédateurs que l'on peut voir à l'oeil nu. Ils se déplacent rapidement. Certains sont des prédateurs, d'autres mangent les végétaux en décomposition. 

Emplacements pour cette activité:

Onetahi

-17.019666488339, -149.59061538801