les couleurs de l'ocean pacifique
Marc busy mapping

Le programme de cartographie et de restauration archéologique

Tetiaroa occupe une place très spéciale dans la culture et l’histoire tahitienne.  Tetiaroa Society continue de faire l’inventaire des sites archéologique sur l’atoll, dont le Professeur Sinoto est à l’origine, et donne l’occasion de proposer des programmes de formation sur les techniques archéologiques.

Hinano at the marae

 

Tetiaroa est le seul atoll qui se trouve dans les Iles de la Société en  Polynésie française.  Dans les données ethnohistoriques on décrit l’atoll comme ayant été le second lieu de résidence de la famille royale tahitienne de Pare au XVIIIe siècle.  Cependant, hormis cela,  l’histoire de Teti’aroa reste relativement inconnue du fait que l’atoll est archéologiquement insuffisamment étudiée.

Des îlots restés inhabités depuis des decennies sont couverts d’une dense végétation qui cache probablement davantage de vestiges archéologiques. Ainsi, un exposé complet de toutes les structures est certainement hors de portée (impossible) . Cependant, bien que nous nous concentrions sur les ensembles d’habitations et de marae, notre étude systématique couvrait toute la surface de ces îlots.

Pour preserver les espèces indigènes et la végétation en général, les sites étaient dégagés sans trop perturber l’environnement.

untouched natural forest
ahu

Les Marae qui servaient de lieux de rencontre avec les déités et les ancêtres sont d’un intérêt particulier aux yeux des archéologues car ces marae font la lumière sur les rites anciens, et révèlent le statut socio-politique et l’identité des populations associées.

Vingt sites ont déjà été identifiés comme marae sur l’atoll du fait qu’ils présentent les caractéristiques propres à l’architecture cérémoniale polynésienne.

On peut classifier les marae en trois types principaux, selon leur systéme de cour

  • Type 1, le marae à cour ouverte montrant une plate-forme (ahu) de pierres et cistes dressées et regroupées dans une zone où les limites ne sont plus visibles aujourd’hui mais il aurait pu y avoir des enclos (des murs d’enceinte) faits de végétaux.
  • Type 2, des enceintes plus simples, rectangulaires et trapézoïdales montrent une cour délimitée par une simple dalle de corail
  • Type 3, enceintes à double parement présentent une architecture plus élaborée. Ces enceintes sont présentes dans les plus grands marae.
marae
marae
in the lagoon
large coral rocks

En 2015, une base de données mondiale du Système d'Information Géographique (SIG) a été créée pour Tetiaroa Society par l'Université de Polynésie Française. Cette carte SIG comprend toutes les images aériennes, satellitaires et LIDAR disponibles, les cartes des installations de la station du Brando sur le motu Onetahi, les cartes de végétales, la base de données sur les nids de tortues et d'autres données. Les cartes vectorielles détaillées des sites archéologiques de Teti'aroa sont également ajoutées à cette base de données SIG multi-thématique.

Cet effort de cartographie implique des mesures GPS sur le terrain afin d'enregistrer avec précision l'emplacement des structures et de les associer avec nos cartes détaillées.

À l'heure actuelle, quatre-vingt-dix structures archéologiques ont été enregistrées (Molle et Hermann 2016), qui seront toutes incluses dans le SIG.

Gillaume mapping the motu

Tetiaroa occupe une place très spéciale dans la culture et l’histoire tahitienne.  Tetiaroa Society continue de faire l’inventaire des sites archéologique sur l’atoll, dont le Professeur Sinoto est à l’origine, et donne l’occasion de proposer des programmes de formation sur les techniques archéologiques.