Océan

‘Arevareva

'Arevareva, le coucou à longue queue du Pacifique, migre de Nouvelle-Zélande pour passer quelque temps dans les arbres Aito de Tetiaroa.

Assis sur la véranda de mon bungalow à Tetiaroa, j’entends les sons de l'île qui viennent de toutes les directions. Les noddis bruns croassent et sifflent dans les cocotiers près de moi, et le vent fouette les aiguilles de Casuarina en un bourdonnement tranquille.

nesting noddies

Une famille de noddis bruns.

Mais le son omniprésent est celui de l'océan qui frappe la barrière de corail, produisant un faible rugissement qui monte et descend telle la houle entrante. Cela me rappelle que même si nous pensons que notre île - avec toutes ses plantes, ses oiseaux, ses crabes, ses poissons et ses tortues – est comme un petit monde à part, elle existe à l'intérieur du grand océan Pacifique qui la nourrie.

Nous avons publié de nombreux bulletins d'information présentant les organismes du mois et des notes nature couvrant les marées et la géologie, mais ce mois-ci, nous présentons l'océan. Le 6 juin est la Journée mondiale des océans, et avant cela, le Blue Climate Summit se réunira (du 14 au 21 mai). Il présentera et enclenchera des solutions océaniques au changement climatique. L'avenir de la planète est entre nos mains et des océans sains sont essentiels à tout avenir qui implique les humains.

Les océans représentent les ¾ de la planète et 99% de l'espace habité par des organismes vivants. L'océan Pacifique à lui seul est à peu près la même taille que toutes les terres de la Terre réunies. Les océans fournissent la majeure partie de notre oxygène et ils absorbent également un quart de tout le CO2 produit par l'homme.

La culture occidentale moderne n'a pas été bénéfique pour les océans. La croissance démographique et la technologie ont entraîné une longue série d'abus, en commençant par la surpêche, la pollution, et maintenant les effets imminents du changement climatique qui modifient la chimie et la température des océans. La plupart des experts disent que le « statu quo» nous donnera 20 à 30 ans avant que des points de basculement irréversibles ne soient atteints et que nos océans ne soient pas en mesure de conserver la vie telle que nous la connaissons.

Hokulea arriving in Tahiti May 2022

Au moment où j’écris, les pirogues de voyage hawaïennes, Hokulea et Hikianalia, arrivent à Tahiti, après avoir parcouru la route ancestrale, Kealaikahiki, depuis Hawaï - l'équipage trouvant son chemin en observant les signes dans le ciel et sur l'océan qui les entoure.

Dans la culture polynésienne, comme pour la plupart des peuples autochtones, les humains se considèrent comme indissociable de la nature - ils font partie du monde naturel, ils forment une famille. L'océan est un ancêtre, il est un être vivant et il a des droits. Vous ne feriez pas plus de mal à l'océan que vous ne feriez de mal à vos proches. Il y a un respect et ce respect favorise la sollicitude.

Pour les Polynésiens, cette relation avec l'océan leur a permis de le comprendre, de l'accepter et de le parcourir pour coloniser le plus gros morceau du globe. Ils ne voient pas l'océan comme quelque chose qui peut être découpé, mais plutôt comme un chemin vers des îles à l'horizon.

Le monde occidental se doit de revenir à une façon de penser qui considère l'océan comme une entité dont il faut aussi prendre soin et ne pas simplement exploiter. Prenons soin de l'océan et il prendra soin de nous.

- Frank Murphy

Share this

Plus de 'nature notes' de Murphy

Tetiaroa: ocean, reef flat, motu

Tetiaroa a connu de nombreux changements au cours de ses ~2,5 millions d'années

coconut trees on the motu

& comment ils ont transformé Tetiaroa

tides

Nos marées uniques : une histoire d'annulation de nœuds

parrotfish grazing on algae

Ils remplissent un rôle essentiel.

Pitreries de tortue dans le lagon de Tetiaroa

Pitreries de tortue dans le lagon

red-footed booby

focalisez sur un oiseau pendant un moment